Rechercher
Libre
Par mot-clé
Accueil > Menu principal > Notre village

Le coq de l'église

Depuis quelques années, l'administration demandait à la commune de faire installer un paratonnerre sur l'église, dépense conséquente de 3863 € qui avait été différée pour mener une seule opération avec la rénovation de la coupole du clocher.

Les moyens techniques étant en place, la pose du paratonnerre était réalisée courant octobre/mais, pour la bonne installation de celui-ci un tube devait traverser l’ancien coq en place depuis de nombreuses années, ce qui s’avéra impossible étant donné que ce coq avait subi l’épreuve du temps, la fougue de certains chasseurs et la hargne de l’occupant qui tirant au fusil de guerre sur notre emblème national avait voulu nous atteindre dans notre fierté.

Ce sont les moines Irlandais du VI / VII e siècle qui ont rechristianisé la Gaulle, qui ont introduit les coqs sur les clochers, symbolisant l’oiseau de lumière qui annonce le jour nouveau et l’espérance.

De part sa position élevée sur le clocher, il devient progressivement, girouette faisant toujours face aux vents et d’en d’autre cas, protecteur lorsqu’il est posé sur une boule de métal qui renferme des reliques qui protège l’édifice de la foudre. Depuis de très nombreuses années, le coq est notre emblème national symbole de la France, il apparait sur une gravure en 1544, représentant les aigles de Charles Quint tenant dans leurs serres, un coq blessé qui perd son sang, où se mêlent trois fleurs de lys.

Représenté de nombreuses fois sous forme de médailles, de filigranes de papier timbré, d’estampes au fronton des monuments et, même aux chapiteaux de la galerie des glaces à Versailles, il est notre emblème officiel depuis 1830. Dans les années 1940, de nombreux monuments aux morts, représentant le coq Gaullois terrassant l’aigle impérial furent détruits par l’occupant.

Pour en revenir à notre coq, nous étions dans l’obligation de le changer ou de bricoler l’ancien, sans aucune garantie de longévité et, risquer des frais, pour dans quelques années ou quelques mois, monter sur le clocher installer un nouveau "volatile", mais cette fois, sans échafaudage.

Nous avons donc opté pour la solution de sécurité et décidé du remplacement, nous avons donc maintenant un "coq" type Louis, en cuivre rouge qui au fil du temps va se patiner et nous indiquer, nous l’espérons, de très nombreuses années, la direction des vents.

Prix du coq : 1160 €

L’ancien coq, propriété communale ayant vu passer sous ses ailes de nombreuses générations de Guériciennes et Guériciens, sera conservé en mairie.

Texte de A.Chalot tiré du bulletin municipal de 2004 n°26


 | 
 |